« Le » modèle phare du livre de Minabulle: La robe Annabelle.

Source: Vêtements pour enfants de Minabulle

Une vraie splendeur cette robe! J’en suis tombée amoureuse dès que j’ai découvert la photo du livre. C’est amusant car je ne suis pas certaine que ce soit celle que l’on remarque en premier, mais tous les détails qui l’ornent et sa silhouette délicieusement ancienne en font un incontournable!

Pas simple à réaliser, ceci dit. Et nous nous heurtons aux fameuses difficultés techniques dont je parlais au début, qui auraient nécessité davantage de détails dans le pas à pas.

Un des pans extérieurs du buste, ainsi que les manches, sont ornées de « nervures ». On les voit parfaitement sur le patron et on nous en parle rapidement dans le pas à pas. Trop rapidement à mon sens. Un point spécial aurait été le bienvenu dans ce cas.

Une fois que vous avez passé un long moment à former vos plis avec votre fer à repasser et vos épingles, selon le patron, vous surpiquez ces plis.

Ensuite, c’est du montage classique: les avants et le dos, les manches. Et rebelote avec la doublure du buste.

Puis vient le second questionnement du montage. Le patron indique bien un point pour poser le lien (on le voit parfaitement sur la photo et le schéma)… mais s’agit-il de poser un lien sur les deux pointes avant ou un seul lien sur l’un des pans?

Dans le doute, mon premier réflexe, une fois mes liens réalisés avec du biais, a été de les intégrer dans les deux pointes.

Bien, mon buste était monté… et après? Impossible de comprendre si le jupon était entièrement fermé, le lien ne servant alors que de « détail » agréable, ou si nous avions affaire en réalité à une robe cache-cœur.

Après des essais avec épingles, j’ai opté pour la seconde option.

Me voilà donc à border de biais les deux pans « ouverts du jupon.

Un ourlet en bas.

Et pour associer le haut au bas:

Des plis creux équilibrés avant d’être cousus…

J’ai caché la couture grâce à un biais rapporté.

Un lien supplémentaire au niveau de la couture côté du buste…

Et une pression sur le pan avant « entrant » (j’ai coupé mon lien à ras).

Après toutes ces péripéties, j’ai surpiqué une bande de dentelle ancienne au bas du jupon et la robe était achevée.

Une fois portée par ma poulette, les contrariétés liées aux explications lacunaires étaient envolées.

Ne me restait que la certitude du départ: la robe Annabelle est mon modèle préféré dans l’ouvrage de Minabulle: Vêtements pour enfants.

A lundi pour mon livre coup de cœur n°6!

2 Comments

Ajoutez les vôtres
  1. 1
    lusicreations

    J’ai remarqué que le manque d’explication sur les points techniques sont souvent pléthore dans cette collection. Cela m’est déjà arrivé plus d’une fois et comme je venais de commencer la couture j’étais carrément larguée ! Mais je finissais toujours par m’en sortir sans vraiment être satisfaite à 100% de ma réalisation… La robe est sublime avec cette petite dentelle ancienne.

  2. 2
    lescitrouillesapaillettes

    Oui, c’est vrai que les éditeurs doivent sans doute imposer des contraintes qui empêchent les créateurs de développer autant qu’ils le souhaiteraient. Mais c’est dommage au final car ils risquent de voir les clients se détourner d’un ouvrage voire d’une collection. Comme toi, je bidouille souvent dans ces cas là, mais ça laisse une impression de « pas fini » assez désagréable.
    Merci pour tes retours 😘

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.