Pourquoi et comment s’approprier un patron?

La première question, c’est pourquoi modifier un patron?

Je ne parle pas des modifications évidentes lorsque vous êtes entre deux tailles et que vous redessinez certaines parties du patron afin qu’il s’adapte à votre morphologie.

Non, je parle de la modification du support en lui même.

hacking (9)

Si on a acquis le magazine, le livre ou le PDF d’un modèle, c’est qu’on l’aime ainsi, non? Et bien… pas toujours.

Clairement, il m’arrive souvent de supprimer ou d’ajouter des éléments (les froufrous, les poches, les cols, les détails de manches…). Soit qu’à mes yeux cela alourdisse le patron, soit que je le trouve quelque peu aride sans cet élément supplémentaire.

D’autres fois, au contraire, c’est parce qu’on adore le patron qu’on en voudrait… d’autres variantes!

Alors j’ai envie de dire, autorisons-nous à reprendre le patron à notre sauce, à nous l’approprier. Et parce que je n’ai peur de rien (ha, ha, ha), je vais vous montrer comment je me suis « approprié » la robe n°5 du dernier Burda Kid.

hacking-24.jpg

J’avais vraiment aimé la silhouette boule de cette robe. Et j’avais un autre coupon vintage qui se serait bien prêté à l’exercice… sauf qu’il était un peu trop étroit. Que faire?

Et une version tunique de la robe?

Ce qui paraît très simple au départ (on raccourcit seulement la longueur), peut s’avérer plus complexe lorsque c’est le bas de l’ouvrage qui fait tout le charme du modèle.

J’ai donc replié le patron de la robe jusqu’à la longueur souhaitée. Ensuite j’ai replié les « pointes » et j’ai tracé une ligne douce qui rejoignait les aisselles et le bas de l’ouvrage.

hacking (8)

hacking (12)hacking (11)hacking (10)

La première « appropriation » du patron venait d’avoir lieu. Mais je ne me suis pas arrêtée là…

En effet, le montage de la parmenture ne me convenait pas.

hacking-4.jpg

Et bien, je me suis autorisée à explorer une autre option.

hacking (22)

J’ai commencé par surjeter le bas des parmentures avant de les fixer endroit contre endroit aux extérieurs.

hacking (16)

On coud au niveau de l’emmanchure et de l’encolure.

hacking-15.jpg

Pour la partie dos, on englobe le bord du zip.

Attention, on laisse ouvert le haut de l’épaule!

hacking (17)

On crante, on retourne un seul des « couples » (soit le dos, soit l’avant).

hacking (18)

Ensuite, on glisse l’avant et l’arrière par les épaules, en collant la parmenture avant contre celle de l’arrière.

hacking (19)

hacking (20)

On retourne!

hacking (23)

C’est propre, rapide (pas de passage par des points à la main) et solide.

hacking (5)

Autre « liberté », la dernière: j’ai préféré poser du biais au lieu de créer un ourlet. Je craignais que les surépaisseurs des plis ne créent des épaisseurs disgracieuses.

Bref, s’approprier un patron n’est pas un crime! Il me semble qu’un vêtement sera d’autant plus aimé qu’il correspondra à nos goûts, à nos exigences (temps, argent, niveau de pratique…).

S’approprier un patron est une forme d’hommage au créateur, qu’on se le dise!

hacking (14)

 

 

 


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.