La petite maison dans la prairie

Comme beaucoup de monde sur cette planète, ma famille a fêté le passage à 2019 avec des proches et dans une ambiance euphorique!

Nous étions invités pour le réveillon chez des amis et un thème avait été proposé:

« séries américaines ».

Monsieur Citrouille et moi n’avons presque pas eu à nous concerter: nous nous inspirerions de La Petite Maison dans la Prairie!

Ingalls (41)

Là, je dois faire une légère digression pour vous dire à quel point la série des journaux de Laura Ingalls a été importante dans ma vie. Leur lecture a été un des ravissements de ma jeunesse et je les ai empruntés de nombreuses fois à la petite bibliothèque municipale de Langueux, où je résidais alors.

Résultat de recherche d'images pour "livre la petite maison dans la prairie"

Incarner cette famille lors d’une soirée est en quelque sorte une conclusion logique même si elle met en lumière, dans le même temps, tout le temps déjà écoulé depuis mon enfance.

En vrai, la famille Ingalls ressemblait à ça:

Source Wikipédia

Mais comme notre thème était les séries américaines, je devais plutôt me rapprocher de ça:

Image associée
Source Téléstar

Bon, comme me l’a fait justement remarquer Monsieur Citrouille, il nous manquait deux enfants et un chien, mais bon, c’était un peu tard pour agrandir la famille!

Une fois notre thème bien en tête, j’ai commencé à réfléchir aux pièces essentielles à réaliser.

Pour Charles, pas grand chose à dénicher: des bretelles, une perruque brune et un chapeau feraient l’affaire.

Charles Ingalls

Pour les filles et moi, j’ai visualisé une robe longue avec col et manches, un tablier et l’incontournable capeline.

Sur le net, il existe des patrons de ces trois pièces (taper « pioneer costume pattern » sur votre moteur de recherche). Mais pas réellement de patrons gratuits. Ce n’est pas que payer un patron me soit un effort insurmontable, mais pour une soirée unique, cela me semblait exagéré.

Résultat de recherche d'images pour "pioneer costume pattern"

Me voilà donc à compulser des photos de la série et à chercher des patrons déjà à ma disposition pour créer mes ensembles.

Voici le fruit de mes recherches avec quelques tutos et un patron gratuit en prime!

Pour Croquette, Alias Laura Ingalls:

 

 

Laura Ingalls (3)

Une capeline en taie d’oreiller et dentelles vintage (cf patron et tuto plus loin dans l’article).

Laura Ingalls (5)

Un petit tablier réalisé à partir d’un mouchoir ancien chiné.

 

On réalise un ourlet sur le bord supérieur dans lequel on glisse des lanières réalisées avec des chutes de coton.

Laura Ingalls (8)

Pour la bavette, un napperon brodé auquel on coud deux lanières à attacher derrière la nuque.

 

La robe est inspirée du patron « robe taille basse » des Nouveaux Incontournables pour enfants. J’ai coupé le patron en 4 ans et réalisé de nombreuses modifications.

Laura Ingalls (4)

La matière première est un drap de coton léger, vert clair, de chez Emmaüs.

On y coupe un avant, deux dos, deux manches longues et deux jupons.

On commence par replier les dos afin de former un pli plus épais. L’un accueillera les boutons, le second les boutonnières.

Ingalls (22)

C’est une étape assez fastidieuse, malgré la fonction automatique. Il s’agit d’être méticuleux et, je ne sais pas vous, mais j’ai toujours l’angoisse que le point déraille et que l’ensemble soit raté…

Afin de créer un détail intéressant, j’ai souligné le bord du dos d’une ligne de points broderie.

Puis, on assemble les dos aux avants par la couture d’épaule.

 

J’ai ensuite créé de toutes pièces un col Claudine:

Si l’envie vous en prenait, voici la méthode: ce genre de col est composé de deux pièces:

Chacune des parties du col comporte deux angles différents: une « pointe » qui déborde sur l’arrière et une partie arrondie qui sera pile au centre du col avant.

Ingalls (21)

Une fois les deux parties du col Claudine cousues, crantées et surpiquées (ici point broderie 70), On les fixe au bord de l’ouvrage. On coud, endroit contre envers, on crante afin de retrouver la courbe de l’ouvrage de départ.

 

Ensuite, comme je ne voulais ni doubler le buste ni créer une parmenture, j’ai posé un biais de coton rabattu vers l’intérieur.

Ingalls (25)Ingalls (26)Ingalls (28)Ingalls (27)

L’étape suivante est la pose des manches. Pour mon projet, j’avais besoin de fronces, j’ai donc modifié la ligne de l’épaulement lors de la coupe:

Ingalls (29)

On fronce ensuite les hauts de la manche avant de la fixer sur l’ouvrage. On crante, on surjette et ferme le buste par la ligne de côté.

 

Afin de rester dans l’esprit pionnier, j’ai créé un ourlet en bas de manches, dans lequel j’ai glissé un élastique, afin de faire « bouffer » les poignets.

 

Pour les jupons, je suis partie en freestyle: j’ai allongé et élargi les pans avant et arrière.

Afin de zapper l’étape ourlet de bas d’ouvrage, je me suis arrangée pour réutiliser les bords du drap en plaçant mon patron avec soin à la coupe.

Laura Ingalls (2)

On assemble les jupons par la couture de côté et on surjette. Après on froooooooonnnnnnnce!

Avant de fixer le jupon au buste, j’ai posé un biais contrasté sur le bas du buste. On le rabat une fois le jupon fixé, ce qui rend l’ouvrage plus solide, la couture moins « gênante » et la robe plus originale.

Ingalls (34)Ingalls (35)Ingalls (36)Ingalls (37)

Laura Ingalls (7)

Ne reste plus qu’à coudre les boutons!

Laura Ingalls (11)

Tenue Laura-Croquette ok!

 

Passons à Cacahouète-Marie.

Ingalls (15)

Le principe est le même à quelques détails près:

Marie Ingalls (3)

Une capeline (cf plus bas)

Marie Ingalls (6)

Le tablier est conçu de toutes pièces à partir d’une taie de traversin en coton, bordée de dentelles (chinée).

Marie Ingalls (12)

On commence par réaliser une bavette en trapèze.

Marie Ingalls (8)

On coud ensuite deux longues bandes qui se fixent aux côtés de la bavette et qui sont agrémentées d’une boutonnière.

On fixe la bavette, dans sa partie basse, à un long tube. Celui-ci formera la ceinture et permettra de fixer le jupon.

 

Le jupon est froncé dans sa partie haute.

Marie Ingalls (10)

Pour attacher le tablier, on commence par nouer la ceinture.

Ingalls (17)

Ensuite, on croise les bretelles sur les omoplates et on les fixe sur les reins grâce aux boutonnières.

La robe est exactement conçue comme la précédente.

Marie Ingalls (15)

Le tissu, lourd, est une gabardine ancienne que j’ai eu un grand plaisir à coudre!

Marie Ingalls (1)

Le tombé est élégant et la jupe « tourne ».

Ingalls (20)Ingalls (19)Ingalls (18)Ingalls (15)Ingalls (11)Ingalls (14)Ingalls (12)Ingalls (10)

Je vous laisse découvrir quelques détails en photo!

 

Pour ma tenue, celle de Caroline, quelques aménagements ont dû être réalisés:

Ingalls (7)Ingalls (6)Ingalls (5)

Caroline Ingalls (4)

La capeline (cf ci-dessous).

Caroline Ingalls (18)

Le tablier suit la même logique que le précédent. J’ai juste utilisé un drap que j’ai brodé. Les lanières se nouent « à plat »:

Caroline Ingalls (8)Caroline Ingalls (16)Caroline Ingalls (17)Caroline Ingalls (1)

La robe est née de pièces du patron (robe chemisier) de cet ouvrage:

Résultat de recherche d'images pour "livre patrons femme japonais tendances à coudre"

J’ai conservé les avants, le dos, les épaulements et les manches mais de nombreuses modifications ont été nécessaires.

Caroline Ingalls (10)

Pour les matériaux: un drap vintage à fleurettes, une taie de traversin prune et de la dentelle ancienne.

Les avants sont scindés en deux parties: on replie les pans, on y glisse des cordonnets et on surpique une bande de dentelle.

Caroline Ingalls (11)Caroline Ingalls (12)Caroline Ingalls (13)

Le dos est coupé au pli. J’ai légèrement arrondi le bas.

Caroline Ingalls (3)

Une pièce d’épaulement (tissu prune) est cousue aux avants et au dos. Cela permet de froncer ces pièces et de rajouter un détail intéressant.

 

J’ai là encore créé un col. Cette fois un « montant ».

Caroline Ingalls (14)

Les manches sont réalisées en trois temps: aux manches trois-quart du patron, j’ai ajouté une bande prune (rappel) puis un anneau de dentelle (rappel again + jolie finition!).

Caroline Ingalls (9)

Le jupon est très froncé et fini par l’ourlet original du drap.

 

Ingalls (8)Ingalls (42)

Et maintenant, place au patron de la capeline!

 

Capeline LCP-converted

Coupez deux fois et entoilez!

Coudre endroit contre endroit sur trois côtés en glissant les brides/rubans.

Ensuite, coupez une bande de 35X100.

Formez un ourlet ouvert sur l’un des longs bords. Vous y glisserez un ruban (arrière de la capeline).

Faites des ourlets propres sur les petits côtés.

Froncez le dernier long bord et cousez-le au bord ouvert de la visière.

Pour de plus jolies finitions, posez un biais à cheval sur cette dernière couture.

C’est fini!

 

 

 

 

 

 

 

 


5 réflexions sur “La petite maison dans la prairie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s