Zéro déchet: recycler pour préserver la planète #cuisine

Bien.

Attention, cet article va:

  1. Enfoncer des portes ouvertes
  2. Être particulièrement long 😉

Mais il me semblait intéressant de compiler différentes méthodes existantes et que j’utilise personnellement depuis des années.

Quelques tutoriels en prime (ça ne fait pas de mal) et des comparaisons de coûts pour rendre les choses plus percutantes.

En outre, chaque fois que cela sera possible, je vous montrerai les erreurs à ne pas commettre lorsque l’on recycle pour des raisons écologiques (et Dieu sait que j’en ai commises de nombreuses, ces dernières années!).

Pour plus de clarté, chaque article concernera une pièce de la maison et/ ou un usage spécifique et sera classé suivant un sommaire, afin que vous puissiez accéder rapidement à la partie qui vous intéresse davantage.

Pour la cuisine:

  1. L’essuie-tout lavable
  2. Les éponges lavables
  3. Les torchons
  4. Les maniques
  5. Les serviettes de table enfant

Donc, c’est parti!

  1. L’essuie tout lavable:

zéro déchet 4

Pour cet objet, testé depuis 8 ans, voici les comparaisons de coûts:

Economie réalisée au cours de ces 8 années:

Si on table sur 1E le rouleau avec une consommation d’un rouleau tous les quinze jours, on arrive à une économie de 26 euros par an, 208 euros dans les 8 années écoulées.

Le gain pour la planète n’est pas moindre et on recycle de vieux éléments qui seraient partis à la poubelle.

Pour être honnête, il était temps que je réalise un nouveau rouleau d’essuie-tout, le mien commençait à faire grise mine:

zéro déchet 6zéro déchet 5

Pour réaliser un rouleau d’essuie-tout lavable, vous avez besoin de deux vieilles serviettes de toilette, d’un drap ou d’un morceau de coton quelconque, d’un gabarit (le mien est une cartonnette de 30X20cms), de bons ciseaux (l’éponge, surtout âgée, est un peu difficile à couper), de pressions résine (facultatif).

zéro déchet 24

Commencer par couper des morceaux dans la vieille serviette et dans le drap. Pour info, une serviette de toilette permet de couper 6 feuilles en rectangle, 8 en carré.

zéro déchet 23

zéro déchet 22

Coudre endroit contre endroit une feuille d’éponge et une feuille de coton. Laisser au moins 8cms d’ouverture dans un côté (pas en angle, la finition sera plus délicate et moins jolie.)

zéro déchet 21zéro déchet 20

Couper les arrêtes des angles:

zéro déchet 19

Retourner.

zéro déchet 18

Fermer l’ouverture par quelques points droits.

zéro déchet 17

A ce stade, vous avez vos feuilles d’essuie tout. Certains les laissent telles quelles, en tas, dans un tiroir ou un panier.

zéro déchet 16zéro déchet 15

Personnellement, j’aime bien poser les pressions, même si c’est un peu fastidieux. Déjà, le résultat final est plus esthétique, d’autre part, d’un point de vue pratique, vous pouvez également les accrocher au tancarville en les pressionnant (pas de pinces à linge!).

zéro déchet 8zéro déchet 7zéro déchet 3

2) Les éponges lavables:

zéro déchet 1

Je pense que nous sommes tous conscients de la quantité d’éponges fabriquées et de ce que cela entraîne comme impact pour la planète.

Un lien ICI

Une éponge lavable est rapide à réaliser, permet de recycler de vieux matériaux, et dure très longtemps.

Cependant, des erreurs sont à éviter!

En premier lieu, une éponge peut vite se transformer en nid à bactéries, qu’elle soit artificielle ou faite main. Des règles d’hygiène élémentaires sont donc à respecter.

Un lien ICI

Pour les éponges lavables, je conseille de les mettre à la machine très régulièrement et de les laver à 90°. En outre, les matériaux type coton ou éponge gardent des odeurs désagréables, même après lavage et séchage. La matière synthétique est donc à privilégier. Enfin, lesdites éponges ont tendance à se tasser et à rapetisser au fur et à mesure des lavages. Voici les miennes (elles ont deux ans)

zéro déchet 2

Pour la nouvelle fournée, j’ai donc choisi un vieux pull en matière synthétique, à grosses mailles pour gratter plus aisément les plats et sécher plus rapidement.

Ce qui est drôle avec la maille, c’est qu’elle peut prendre tout un tas de formes, selon le type de points qu’on utilise et le sens des rangs au moment de la coupe. Avec les filles, c’est devenu une sorte de jeu!

Pour la base, ce sont des rectangles de 15X10cms; plus petits si vous souhaitez des mini formats (pour les verres à pied, par exemple).

zéro déchet 12

zéro déchet 9

Ensuite on coud en laissant 3cms d’ouverture (j’ai utilisé le point zigzag spécial tissus extensibles, le n°6 sur ma machine).

zéro déchet 11

On retourne, on referme l’ouverture, et voilà! des éponges en forme de papillon, de biscotte, de nuage (on a même la France!).

zéro déchet 10

3) Les torchons:

zéro déchet 46

Utiliser des torchons est à la fois nécessaire et écologique: on a toujours de la vaisselle à essuyer, une nappe à éponger… et avec des enfants, on ne cesse de nettoyer le verre renversé ou la cuillère de yaourt qui dérape. On peut dégainer du sopalain, mais on peut également se servir de torchons.

Faits main, ils sont pratiques, ne prennent pas de place, utilisent des matériaux recyclés et peuvent être en quantité suffisante pour tourner régulièrement.

Enfin, un torchon c’est souvent très laid… alors les faire soi même permet d’en réaliser à son goût et de les accorder au reste des accessoires de la cuisine.

Réaliser des torchons est très facile: à la base, il s’agit d’un rectangle ourlé sur tous les côtés, auquel on adjoint généralement une boucle pour l’accrocher.

Voici ma manière de procéder:

Matériel:

  • Un vieux drap en coton

zéro déchet 33

  • Du biais, des rubans, de la dentelle…
  • Un gabarit (ici un album de Croquette…)

zéro déchet 32

Pour le fun, et afin de faire un rappel avec l’essuie-tout lavable, j’ai également réutilisé mon drap fleuri dans les tons bleus (voir ci-dessous).

Commencer par découper des rectangles dans le drap, à l’aide du gabarit:

zéro déchet 31

Afin d’unifier mes torchons, j’ai également coupé des bandes de la largeur de mon gabarit, mais de hauteurs différentes, dans mon drap fleuri.

zéro déchet 53

Une fois à la machine, j’ai bordé de biais ou de ruban, ou de dentelle, mes bandes de coton fleuri.

Ensuite, j’ai disposé ces bandes sur mes rectangles de drap, je les ai épinglées puis cousues.

zéro déchet 52zéro déchet 51

Ensuite, avec du biais, j’ai bordé mes rectangles. Deux conseils pour poser le biais proprement « à cheval »:

a) poser la première extrémité sur un milieu côté et non dans un angle.

b) former des angles « arrondis », ce qui vous évite le pliage fastidieux du biais.

N’oubliez pas de positionner une boucle (une bande de biais pliée, dans mon cas), dans l’un des angles, avant de coudre le biais.

Ensuite, vous repliez les bords du biais et vous surpiquez.

Personnellement, j’ai rajouté une ligne de points zigzag pour davantage de longévité.

zéro déchet 39

Et voilà quelques jolis torchons, faciles à ranger et rapides à sécher!

zéro déchet 48zéro déchet 47zéro déchet 41zéro déchet 34zéro déchet 37zéro déchet 45zéro déchet 44

4) Les maniques:

zc3a9ro-dc3a9chet-84.jpg

Voici un petit objet du quotidien difficile à récupérer à la machine à laver et donc que nous rachetons régulièrement. Or, il est très simple et très rapide de fabriquer des maniques.

Vous aurez besoin de molleton, de coton et de biais. Selon la forme que vous désirez obtenir, dessinez un gabarit ou servez-vous d’un objet dont la forme et les dimensions vous conviennent (dans mon cas, un album de Croquette).

zéro déchet 83

Découpez deux carrés dans le molleton et deux carrés dans le coton (attention à tracer 1cm de marge de couture supplémentaire dans le coton).

zéro déchet 82

Epingler les 4 carrés coton/molleton/molleton/coton.

Coudre des lignes parallèles (aiguille pour tissus épais) en prenant bien les 4 couches de tissus.

zéro déchet 81

Puis des lignes perpendiculaires aux premières.

zéro déchet 80

Surjeter les bords et poser le biais. N’oubliez pas d’insérer la boucle comme présenté dans le chapitre précédent.

Surpiquer et c’est fini!

Erreurs à éviter:

  • une seule couche de molleton n’isole pas assez du chaud (préférer une double couche même si le sandwich, avant couture, paraît volumineux)
  • Poser le biais sur les 4 couches de tissu (si vous le poser sur le coton seulement, vous vous brûlerez…)

5) Les serviettes de table enfants:

zéro déchet 58

Hors de question de participer au gaspillage de ressources en utilisant des serviettes en papier.

Parmi les incontournables de ma cuisine, il y a toute la série des serviettes de table des filles. Les bavoirs ont longtemps occupé le dessus du panier, mais Cacahouète n’en veut plus, ce qui est légitime. En revanche, la serviette classique reste peu commode pour une enfant de son âge. J’ai donc opté pour un modèle entre les deux.

Voici un exemple d’il y a 4 ans (l’élastique est un peu flagada, mais le reste a tenu le coup), fabriqué avec une serviette éponge et de la taie d’oreiller.

zc3a9ro-dc3a9chet-54.jpg

Pour fabriquer les serviettes de table enfant, vous avez besoin d’une serviette éponge et d’un peu de coton (je réutilise les deux draps des chapitres précédents); j’ai également choisi de piocher dans mes bouts de biais et de dentelle vintage.

zéro déchet 63

En outre, pour l’élastique, je vais me servir d’un modèle à « trous » chiné chez Emmaüs.

Commencer par découper une forme en vous aidant d’un gabarit quelconque. De mon côté je me suis servie de ma règle de patchwork « creative curve ».

Il vous faut une forme en éponge et deux demies formes en coton (un haut et un bas).

Ensuite, j’ai voulu enjoliver le bas en drap blanc. Pour cela, sur le premier modèle j’ai posé des bouts de biais colorés (épinglés, cousus entre les deux cotons et surpiqués);

Sur le second modèle, j’ai cousu des bandes de rubans et de dentelles anciennes.

zéro déchet 64

zéro déchet 62

Ensuite, il faut poser un bout de l’élastique à trous sur une des cornes de la serviette.

zéro déchet 69

Pour l’autre extrémité, afin d’obtenir une jolie finition, j’ai cousu un « étui » rectangulaire, retourné puis posé sur le morceau d’élastique et surpiqué.

Enfin, on coud les deux faces de la serviette, endroit contre endroit, en laissant une ouverture assez large dans l’un des côtés rectilignes.

On retourne, on surpique et le gros du travail est terminé.

zéro déchet 61

Pour la fin, j’ai choisi un bouton à l’ancienne dans mes tiroirs magiques et je l’ai cousu à la main sur la seconde corne de la serviette.

Ainsi, la serviette s’adapte au gabarit de l’enfant qui la porte, puisque les trous permettent de positionner l’élastique selon des longueurs différentes.

zéro déchet 56zéro déchet 55

 

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s